Les montagnes dansent

Le tango argentin séduit aujourd’hui bien au-delà de son terreau culturel et par-delà les grandes villes. Dans le Diois, son émergence revient à quelques danseurs avertis qui ont voulu partager et transmettre leur passion, de bals spontanés en pratiques régulières, cours, stages, milongas. Ici comme ailleurs, des hommes et femmes, sont « pris » par le tango, ils s’accrochent dans cet apprentissage difficile  et le tango prend une place dans leur vie qu’ils n’avaient pas imaginée. Plus que toute autre danse de couple, le tango explore un mouvement dansé basé sur la présence à l’autre, la connexion et le contact, menant immédiatement la relation à un fort degré d’intimité. C’est une façon de se rencontrer toute particulière que nous confient les danseurs, qui va à l’essentiel, dans laquelle « on ne peut pas tricher ». Espace de communication sans mots, le tango apparait comme une métaphore de la relation amoureuse, de la magie du premier contact, qui n’opère pas toujours, à la recherche d’un équilibre à deux : apprendre à marcher ensemble jusqu’à ne faire qu’un.

Réalisation : Caroline Fontana (entretiens, montage son), Lars Schmidt (photographies), Kiyé simon Luang (montage image.)

Production : Le Centre de l’oralité alpine et Marc Mallen, conseil départemental des Hautes Alpes