Matrimoine-en-Diois

MATRIMOINE-EN-DIOIS

La bande sonore s’associe à l’association le paradoxe du singe savant pour visibiliser la contribution des femmes du Diois. 

Ces capsules sonores ont été réalisées dans le cadre de la recherche-action Matrimoine-en-Diois, qui a pour ambition de mettre en lumière l’œuvre et l’héritage, souvent invisibilisé, des femmes. Le matrimoine et le patrimoine constituent à part égale notre culture commune, dans une perspective d’égalité entre les femmes et les hommes.

Avec Mme Latil et Mme Nicolas aux Gallands, Gudrun Mattes, Nadine Allibert, Lucie Chaumont, et les élèves de la classe d’Isabelle Chaffois à Menglon.
 

La voix d’Yvonne Oddon provient d’ une émission enregistrée en 1964 par France Culture dans le cadre de La série “1940-1944 : La Résistance, témoignages et documents pour servir l’histoire ». Le texte lu est extrait du discours d’yvonne Oddon à Châtillon-en-Diois le 25 août 1945. Le chant Les Ailes de l’espérance est interprété par Kate Fletcher.

Enregistrements : Juin -septembre 2021 et juin 2022

Durée : 20’54

Résistante du réseau du musée de l’Homme emprisonnée puis déportée, bibliothécaire avant-gardiste, militante de l’éducation populaire,  Yvonne Oddon est enterrée dans le Diois d’où sa famille est originaire et où tout au long de sa vie elle est venue se ressourcer. A Menglon, à l’aube du 120e anniversaire de sa naissance, Gudrun Mattes enquête sur cette femme méconnue

Avec Jeanne Actis, Christiane Martin, Marie Marquet, Germaine Bernard, Claudine Pelissier, Bianca Arnaud, et une lecture de Lola Bertet de la correspondance de deux pensionnaires des couvents-usines. 
Enregistrements septembre 2021-mai 2022 (et archives sonores de LBS)
Durée : 14’37

L’augmentation de la population salariée féminine constitue un fait majeur de l’évolution du travail au XIXe siècle. La mécanisation accélère l’embauche massive des femmes, et est assortie de la faiblesse du salaire féminin qui vaut pour la moitié de celui des hommes.

La soie fourni aussi du travail en amont, à la ferme, pour la production de cocons gérée souvent par des femmes d’agriculteurs.

Avec Jacques Planchon, conservateur du musée de Die, Piotr Pietrus et Catherine Evans, artistes accueillis par l’association DIEresidenz à Die en 2020.
Les extraits  D’ovide (Les fastes) et de Lucrèce (De la nature des choses) sont lus par la conteuse Anne Deval.
Enregistrements : Juin -septembre 2021 et juin 2022
Durée : 14’19

L’ancien palais épiscopal  porte dans ses fondations la mémoire du culte de  la déesse Cybèle, qui fut l’une des plus grandes déesses de l’antiquité au proche-orient. Connue sous le nom de Grande Mère des Dieux, son culte a été importé en Grèce et surtout dans le monde romain. De nombreux autels tauroboliques attestent de sa présence à Die à partir du IIe siècle.

Avec Kate Fletcher, Elodie Kong, Anne Deval, et une lecture de Jaime Jimenez d’un extrait du livre de Sernin Santy, La comtesse de Die, sa vie, ses oeuvres complètes, les fêtes données en son honneur, 1883.

Musique additionnelle : album Beatrix MMXXII et des prises de son réalisées pendant la résidence de Kate Fletcher au théâtre de Die.

Enregistrements septembre 2020-septembre 2021

Durée : 14’35

Beatriz de Die (XIIe siècle) est connue comme la seule trobairitz ayant laissé une partition musicale. Elle appartient au mouvement à l’origine de la littérature européenne moderne. A Die, la place de la Comtesse accueille son buste attribué à la sculptrice « Madame Clovis Hugues », c’est-à-dire la sculptrice Jeanne Royannez.